imgWorld

Nous ne pouvons continuer à faire fi des différences de coûts et de normes de production entre pays. Même de pays qui font frontière avec la Suisse. Ainsi, inévitablement, dans l’environnement suisse, il est inévitable d’avoir des coûts de production plus élevés que chez nos voisins. A moins d’agir sur les seules « variables ajustables » que sont les êtres humains en réduisant leurs conditions sociales, ou sur l’environnement.

Si tel n’est pas le souhait, il est nécessaire de refléter la réalité des coûts. Produire un litre de lait en Suisse nécessite des coûts de construction plus élevés, des contrôles plus chers, un salaire plus important que ce soit pour les employé-e-s, le vétérinaire, l’architecte etc. … Une des options tout à fait facile à mettre en place pour corriger cette différence est d’utiliser la frontière comme instrument régulateur.

En contre partie d’une certaine protection à la frontière, il est nécessaire de s’engager à l’abolition de toute forme de subventions à l’exportation car celles ci sont des instruments nuisibles pour les autres agricultures que nos produits -exportés en dessous des coûts de production- ne peuvent que déstabiliser voire détruire.