iconPaysan handSi vous livrez dans les grandes filières, vous êtes sans doute sous pression de vos acheteurs. Vous ne savez pas forcément à quel prix votre produit sera acheté, 

pour combien de temps et en quelle quantité. Une somme d’incertitudes qui nuit à la construction d’un projet agricole. Vous devriez avoir un contrat, mais il est inexistant ou lacunaire. L’initiative veut remédier à ce problème en redonnant la main aux paysans dans la gestion des quantités à produire en fonction des réels besoin de la population et non des desiderata des industries. Elle veut que la Confédération s’implique plus pour que des mécanismes soient créés pour déterminer des prix équitables par filières. Il ne s’agit pas d’avoir un prix unique administré. Les prix peuvent varier entre les régions de production, les formes de commercialisation ou les productions. La Confédération doit mettre tout en œuvre pour que les acteurs d’une filière soient en mesure de déterminer de manière collective un prix qui soit rémunérateur pour l’ensemble des maillons. Un autre élément essentiel est celui de garantir une transparence sur le marché qui est aujourd’hui inexistante.

Si vous faites de la vente directe et que vous avez de la peine à relancer des filières de proximité car des infrastructures à taille raisonnable sont inexistantes et que vous n’êtes pas situé dans un canton qui développe une politique proactive en ce sens, l’initiative répond à votre problématique.

Si vous êtes soucieux du maintien de la biodiversité, que vous produisez des semences paysannes et êtes conscient que votre liberté d’action se restreint au fil des ans, que vous risquez de voir les OGM grignoter du terrain, il n’y a plus à hésiter, l’initiative y répond.

Vous êtes éleveurs-euses et vous souhaiteriez pouvoir rationnellement nourrir votre bétail avec des fourrages locaux. Mais les réalités économiques vous forcent à vous tourner vers des protéines importées. L’initiative devrait vous aider à valoriser les fourrages indigènes et ainsi réduire la dépendance de l’agriculture suisse.

Vous souhaitez vous installer dans l'agriculture, vous avez une formation, mais il est si complexe de trouver des terres! L'initiative souhaite favoriser la diversité des structures tant dans la taille que dans les formes juridiques! Elle souhaite mettre fin à la discrimination récurante des petites fermes. Elle affiche clairement la volonté d'augmenter le nombre d'actifs dans l'agriculture, qu'ils soient paysans, paysannes, employées ou employés. Perdre plus de 100'000 emplois dans l'agriculture en 20 ans n'est plus une option!

 

> Lire également: "a chaque problème une solution..." - Journal d'Uniterre- Octobre 2015