iconConso handVous êtes consommateur et vous vous inquiétez des conséquences des accords de libre-échange sur le niveau des normes (et donc la qualité des produits). L’initiative estime que la population doit non seulement être informée, bénéficier de normes souverainement déterminées, mais aussi pouvoir participer à l’élaboration de projets agricoles et alimentaires.

Vous vous étonnez des effets du Cassis de Dijon, d’un étiquetage partiel qui semble réduire votre niveau d’information.

Vous êtes surpris que malgré les scandales alimentaires du type "lasagne à la viande de cheval", le Parlement a abdiqué en juin 2014 et n'a pas saisi l'occasion de mieux étiqueter les produits transformés en indiquant clairement le lieu d'origine de chaque produit, le contenu de l'emballage.

En signant l’initiative, vous donnez des chances à une nouvelle politique agricole et alimentaire citoyenne.

Vous souhaitez des produits de proximité dans vos assiettes, qui ont voyagé le moins possible pour être transformés, emballés, mis sur le marché. L'initiative vise à favoriser le maintien voire la création de structures régionales de transformation (fromagerie, abattoir, boucherie, meunerie, huilerie, etc), de commercialisation et de stockage. Une garantie pour renforcer les échanges entre paysans et consommateurs et un dialogue renforcé entre ces deux maillons de la chaine alimentaire.

 

Vous êtes soucieux des conditions sociales des travailleurs de la terre, qu’ils soient payan-ne-s ou salarié-e-s. Enfin une initiative reconnaît la nécessité de prix équitables et de salaires justes pour les employe-é-s agricoles.