logoSouvalimInitiativeFR web300Vous êtes paysanne ou paysan et vous soutenez l'inititative pour la souveraineté alimentaire? Devenez donc membre du comité paysan pour la souveraineté alimentaire. 

www.comite-paysan.ch 

Votre nom, prénom et adresse seront publiés sur ce site. D'avance merci pour votre soutien!

logoRadioCiteA écouter sur Radio Cité Genève, l'émission Le Grand Invité du 20 février, interview de Pierre-André Tombez au sujet de l'initiative "Pour la Souveraineté Alimentaire" refusée récemment par le Conseil Fédéral (lire notre communiqué)

émission disponible sur le site de Radio Cité 

... écouter l'interview

Le Conseil fédéral a refusé mercredi 16 février, sans contre projet, l’initiative «Pour la souveraineté alimentaire». Notre initiative populaire pour une agriculture locale, durable, diversifiée, rémunératrice et sans OGM souhaite un changement fondamental de paradigme. Nous nous engageons pour une économie locale et circulaire et pensons aux générations futures. 

DSC 4728paru dans Le Courrier du 30 janvier 2017

«Face à la montée des nationalismes et de la xénophobie, la souveraineté alimentaire est plus nécessaire que jamais.» Un collectif d’in- tellectuels et de militants engagés dans la défense du droit à la souveraineté alimentaire dénonce les «fausses réponses» qui se présentent contre le néolibéralisme économique globalisé, tout en renforçant leurs propres intérêts. 

 

> lire l'article (pdf) original Mediapart

uniterre2article publié par ECVC

C’est suite à la IV rencontre internationale de La Via Campesina à Maputo que cette idée d’inscrire la souveraineté alimentaire dans la Constitution suisse germe dans la tête du comité d’Uniterre, membre suisse de la Coordination Européenne Via Campesina.

DSC 4833Initiative pour la souveraineté alimentaire – Pour une politique agricole cohérente avec les besoins des paysan-nes et de la population. Adhérez au mouvement !

Nous avons été nombreux à récolter des signatures pour l’initiative et avons déposé avec fierté le 30 mars dernier à Berne 109'000 signatures qui matérialisent notre volonté d’une politique agricole cohérente avec les besoins actuels des paysan-ne-s et de la population. C’est un grand pas en avant pour la souveraineté alimentaire en Suisse puisque cette étape assure la mise en votation populaire de notre initiative en 2018.

Brussels, 4 déc. 2016

Uniterre souhaite inscrire la souveraineté alimentaire dans la Constitution suisse

 
C’est suite à la IV rencontre internationale de La Via Campesina à Maputo que cette idée d’inscrire la souveraineté alimentaire dans la Constitution suisse germe dans la tête du comité d’Uniterre, membre suisse de la Coordination Européenne Via Campesina . Lors de cette conférence, les membres de La Via Campesina étaient appelés à poser des actes sur le terrain pour faire avancer la souveraineté alimentaire, mais aussi de tenter de modifier leurs législations nationales pour tendre à des politiques agricoles et alimentaires respectant les fondamentaux de la souveraineté alimentaire. Découvrons le processus helvétique.

aux médias
Lausanne, le 29 novembre 2016

Contre projet du Conseil des Etats à l’initiative « Sécurité alimentaire »: Un contre projet inabouti qui noie le poisson dans l’eau

Uniterre et l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire » a pris connaissance de la décision du Conseil des Etats d’opposer un contre-projet à l’initiative « sécurité alimentaire ». Dans le rapport de la commission CER-E, il est indiqué que ce contre-projet répond partiellement aux attentes de notre initiative ; ce que nous contestons clairement.

tisa-4-12-2016-1TISA menace les services publics et porte gravement atteinte à la démocratie et aux droits populaires!

TISA confie les pleins pouvoirs aux multinationales

Manifestation 4 décembre à Genève
14h zone piétonne du Mont-Blanc

 

nyeleni pr imageAux médias

Le 2e Forum de Nyéléni, le plus grand rassemblement européen de défense du droit à la Souveraineté Alimentaire, s’est terminé dimanche à Cluj-Napoca en Roumanie. Il a réuni du 25 au 30 octobre 2016  plus de 700 personnes en provenance de 40 pays d’Europe. Parmi eux, figurent des membres de la société civile, à savoir des agriculteures-trices, des consommateurs-trices, des ONG, des peuples autochtones et des syndicats.